Tuesday
Nov252014

Les coulisses du Voyage de Merlin

Nouvelle emission radio (selectionner "french") - a ecouter jusqu'au 29 novembre.

"Aujourd’hui, je vais vous parler un peu du monde de l’edition.

Selon une enquete recente, seuls 2 petits % des manuscripts recus par des editeurs ont la chance d’etre publies. Avant ca, l’auteur aura envoye environ 10 a 20 exemplaires de son manuscript a droite et a gauche et aura attendu pres de 3 mois en moyenne pour avoir eventuellement une reponse des differentes maisons d’edition. Si l’on fait parti de ces 2%, on a alors la chance de voir un reve se concretiser et d’empocher environ 10% du prix du livre comme droits d’auteurs. C’est a dire que si le livre est vendu a 15 euros, la part de l’auteur est d’environ 1euro20 a 1euro 80. Il faut aussi savoir que dans 50% des cas des livres publies, moins de 300 exemplaires seront vendus, ce qui permet a l’auteur de gagner en moyenne environ 50 euros. Il semble donc extrement difficile de devenir riche en ecrivant des livres pour les vendre….

Il y a toutefois de nos jours une autre solution qui permet de voir sortir ses livres prendre forme et qui est de choisir l’auto-publication ou auto-edition. Cette solution implique de tout faire: de l’ecriture, a l’edition et en passant par le marketing. Etre en charge de toutes les etapes necessite d’apprendre enormement sur divers sujets mais permet aussi de gerer ces etapes comme on le souhaite. L’auto-publication offre deux possibilities: celle d’avoir son livre publie electroniquement et celle de l’imprimer, en general a la demande du lecteur/acheteur. Cette solution est peu chere pour l’auteur et lui permet d’avoir des droits d’auteurs bien superieurs aux 10% d’avant.

Pourquoi je vous parle de ces histoires de livres auto-publies? En fait car je viens moi-meme d’en faire l’experience.

Apres avoir vecues d’extraordinaires aventures, on a souvent envie de les partager et de partager le bonheur qu’elles nous ont procurees.

Ainsi apres avoir traverse 2 oceans en famille, j’ai eu cette envie d’en faire profiter d’autres. Je ne souhaitais pas raconter notre voyage comme une histoire chronologique qui detaillait les mouillages ou les visites effectuees a chaque escale. Je voulais un autre regard sur notre experience et je souhaitais faire prendre conscience qu’il etait important d’avoir des reves qui nous poussent a avancer dans la vie. Il y a des petits reves et d’autres plus grands. Ce reve de partir naviguer sur les oceans, je l’ai porte depuis que j’ai 15 ans.

Aujourd’hui, “Le voyage de Merlin” a donc la forme d’un petit livre pour enfants raconter par Merlin lui-meme – Merlin etant notre bateau. Merlin parle de ses sensations de glisser sur l’eau, de rencontrer des baleines, de voir des rayons verts et de naviguer en se sentant libre. Les illustrations sont des photos prises lors du voyage et ont de temps en temps un format de vielles photos polaroides juxtaposees au fil des pages, un peu comme un carnet de voyage.  Comme le monde de la voile a son vocabulaire bien specifique, il y a egalement a la fin du live un petit lexique qui explique ce qu’est une drisse, babord ou tribord ou encore ce qu’est un cockpit. Il y a egalement des descriptions geographiques de lieux visites.

Ce petit livre fut une autre aventure. L’histoire et l’ecriture sont venues assez rapidement. Le format et les illustrations ont pris un plus de temps. J’ai eu differentes idees qui ne se sont pas realises pour diverses raisons. J’ai envoye des manuscript a differents editeurs de livres pour enfants.  J’ai pu verifier les statistiques decrites avant et les reponses – quand reponses il y a eu – furent toutes negatives. Sauf une, de la part de l’editeur de Thalassa, mais au final, pour des raisons budgetaires, le projet n’a pas pu se concretiser.

Alors le Voyage de Merlin est retourne dans son tiroir et y est reste a nouveau un bout de temps. Le temps que mon envie de le ressortir soit a nouveau bien mure. Si les editeurs n’en voulaient pas c’est peut-ete parce que le livre etait trop different mais aussi qu’ils croulent sous les propositions et et qu’il leur est difficile de bien etudier tous les manuscripts qui leur arrivent sur la table.

Si je voulais voir le Voyage de Merlin sous sa forme papier, il ne tennait en fait qu’a moi de le realiser. Je me suis donc lancee sur le chemin tortueux de l’auto-edition, et en particulier avec Amazon.  Je dis tortueux, mais avec du recul c’est en fait relativement simple. Bien souvent toutefois, essentiellement pour des raisons techniques, j’ai voulu abandoner le projet et  renvoyer  “Le Voyage de Merlin” a son tiroir.

Pour auto-publier, il y a differentes etapes a realiser, chacune dans un ordre chronologique bien precis. Il faut faire un peu (beaucoup) de recherche pour savoir que faire. Mais on trouve maintenant enormement d’info sur internet qui decrivent ces differentes etapes.  Il faut des fichiers au bon format, format qui differe si l’on veut un livre uniquement electronique ou si l’on souhaite aussi avoir l’option de l’imprimer a la demande. il faut poster ces fichiers sur Amazon qui les verifie. Il faut fixer les prix, attendre ses epreuves puis donner le feu vert a Amazon pour que le livre soit “live” sur leur site.

Ce petit livre est actuellement disponible sur Amazon en francais et en anglais et chaque fois en version electronique et en version papier (avec impression a la demande, qui m’evite d’avoir des grands socks d’invendus). Je n’ai pas encore vendu assez d’exemplaires pour rembourser mes frais notament engages lors de la creation de la couverture et de la verification des fichiers electroniques, mais je suis bien contente de savoir que “le Voyage de Merlin” ne retournera plus dans son tiroir a l’etat d’ebauche. Peut-ete sa lecture inspirera des petits mousses ou d’autres aventuriers a realiser eux aussi l’un de leur reve."

...en ces periodes d'avant Noel, un peu de pub ne peut pa sfaire de mal.

Sunday
Nov162014

G20 (suite)

Brisbane accueillant le G20 ce week-end, nous avons eu droit a un jour de vacances supplemantaire. Nous esperions aller secouer un peu les voiles de Merlin. Malheureusement, Eole en avait lui decide autrement. Les vents du nord et a plus de 25 nds ne permettent pas de naviguer confortablement dans la baie de Moreton et encore moins de mouiller a l’abris. Du coup, nous avons subis pendant 3 jours non seulement la dance incessante des helicopteres, mais aussi les courses folles sur la riviere des bateaux de police, les rues bloquees et la presence massive de plus de 6000 policiers patrouillant, a pied, a velo, a cheval et en voiture, tous les coins de la ville. Se rajoute l’etouffante vague de chaleur qui persiste sur Brisbane et n’encourage qu’a une apathie certaine. Alors aujourd'hui, pour echapper aux 38-40 degres et aux restrictions de mouvements, aux bruits des helicos et aux vagues penibles des bateaux, nous sommes alles piquer une tete rafraichissante et bienfaisante dans la Pacifique.

Friday
Nov142014

Hakuna matata

A very special time for all of us: on Wednesday evening, we all went to see the Lion King.

WOW! What a great experience, what a show. Beautiful choreographies, joyful songs and amazing costumes.

Clea fell asleep in the ferry on our way back, dreaming of vast African plains, jumping springboks and elegant cheetahs.

Sunday
Nov092014

Entrepreneurship

Victor: I went to the Samford market to raise some money for my Mount Everest Base Camp school trip next year. I had some fresh baked (French) cakes and few “Merlin’s Voyage” books for sale. In few hours I made a profit of $50.

It was a great experience and I hope I will do it again.

Monday
Nov032014

Temporary pet

This is Mellow!

He lives 3 boats down our dock and Clea adopted him instantaneously. Today she tricked him with some food so he could come and discover our finger. We might soon have the visit of a cat on our cat.